Êtes-vous un misanthrope?
Home Êtes-vous un misanthrope?

Il est tentant de s'identifier à la misanthropie. Après tout, les agents de la perversion sur terre - les êtres humains, putains irréfléchies, destructeurs et obsédées par leur propre image - sont bel et bien humains. Cependant, après avoir examiné le sujet pendant un certain temps je dois avouer que je ne suis pas un misanthrope.

Tout d'abord, je n'existe pas par l'intermédiaire d'"anti" sentiments, tels que la haine ou la l'aversion à grande échelle. Au contraire, je prends plaisir à vivre. J'aime les gens. Un comique américain a dit une fois qu'il n'a "jamais rencontré un (humain) qu'il n'a pas aimé". Je m'identifie à cette idée, elle est aussi vraie pour moi. Chez toutes les personnes que j'ai rencontrées, j'ai trouvé quelque chose d'attachant, même parmi celles que je déteste par dessus tout. Ariel Sharon a beau être un sac de merde, politiquement, il est aussi un type drôle et affable. George Bush est aussi agréable que John Kerry (si on oublie son emasculinisation et son côté intello).

Cependant, si on aime la vie il faut aimer ce qui la rend grande. De par ma propre expérience, j'en conclus que c'est une forme de structure architectonique comme celle que l'on peut trouver dans la nature par exemple. Cette structure encourage l'intelligence, et par conséquent, entre autres choses, j'aime l'intelligence. N'importe quel observateur astucieux notera que pour aimer quelque chose, on doit détester son opposé, et clairement je déteste la stupidité. Cependant, la haine d'un symptôme est loin de la haine envers ses agents.

La stupidité dérange, mais c'est un aspect de chaque être humain. Même la personne la plus stupide sur terre a quelque chose d'intéressant à dire. Cependant, cela ne va pas à l'encontre que de reconnaître qu'ils ne sont pas conçus pour donner des avis valides sur certains sujets. Ca ne peut également pas interférer avec le fait que, puisque nous sommes surpeuplés et qu'il faut garder les meilleurs parmi nous, j'abattrais volontiers un bon nombre de ces gens là d'une balle dans le front(en vue d'une population mondiale d'un demi milliard, de caractère plus prononcé, et de capacités et d'intelligence supérieures). Ce ne sont pas des décisions émotives, comme le serait la misanthropie; elles sont les pragmatiques.

De la même manière, si quelqu'un pénètre par effraction dans mon appartement ou brandit une arme sur moi, je n'ai aucun scrupule à prendre cette vie, puis de manger un grand repas, de boire une bière de passer une bonne nuit. Dans ce cas, je n'aurais fait que ce qui est normal : tuer un prédateur menaçant. Cela ne signifie pas que je déteste cette personne, ou que j'ai eu une réponse émotive ; j'ai fait que ce dont j'ai eu besoin pour ma propre survie et en même temps j'ai amélioré la population et de la nature dans son ensemble. Le fait est que, si moi et le cambrioleur nous nous étions assis autour d'une bière et causé, ça se serait passé autrement. Mais on doit faire ce qu'on doit faire.

Une partie de la raison qui me permet de faire ceci est que j'ai une confiance et une foi infinie en la nature. Pour chaque vie perdue, ou chaque tragédie qui se produit, la nature continue à aller de l'avant et produit plus des choses merveilleuses qui rendent la vie aussi divine qu'elle est. Si quelqu'un dont je sais qu'il est doué d'intelligence élevée et de caractère, distrait par la beauté de la vie, erre sur une autoroute et est transformé en sauce tomate par un jeune chauffard, cela est regrettable, mais la tristesse passe : de même qu'une foret existe toujours si vous coupez un arbre, les bons aspects des espèces humaines continuent.

La seule chose qui menace ceci est la stupidité, et plus spécifiquement, stupidité dévolutive.

Quand les gens s'inquiètent davantage des émotions, et des individus, que du tout, l'attention se décale de la forêt d'arbres à l'arbre seul. A ce moment, la menace d'un seul bûcheron devient distante, et la menace décale vers la forêt elle-même : est-ce que trop d'arbres, dans un secteur de taille limitée, s'obstrueront avec leurs racines, bloqueront la lumière du soleil et videront le sol de tout aliment ? A trop s'inquiéter de n'importe quel un arbre, on en condamne la foret entière. Cela serait, pour moi, de la stupidité.

La plupart des gens qui provoquent de la colère en moi au point que, si je perdais le contrôle de mes émotions, je leur exploserais le crâne a coups de 45 mm, sont simplement victimes de la stupidité. Ceci est souvent du a une répugnance naturelle (et le manque de capacités) à comprendre que la forêt est un organisme, et que les arbres qui la composent sont ses cellules.

Beaucoup de gens font tout une affaire de la différence entre la gauche et la droite pour se diviser en politique, mais pour moi c'est un faux débat. La question n'est pas de trouver quel côté a "raison", mais de trouver des solutions. Et honnêtement la gauche m'inspire autant que la droite. J'aime les verts radicaux, qui croient que la société devrait agir collectivement. Je partage les idées basiques de gauche, à part l'utopisme fou, car je pense qu'une utopie a besoin d'éléments dystopiques car dans le cas contraire, elle s'étouffe elle-même.

Ceci ne change pas le fait que les avis de la plupart des gens sont ignorants et/ou fous, et que si c'était possible, ils mettraient en application leurs avis et détruiraient l'humanité entière en se concentrant trop sur l'individu. C'est probable que la stupidité nous mène jusqu'à là, ce qui entraînera que l'humanité se convertira en des individus faibles et dépendants de la technologie. C'est ce qui nous attend si nous ne barrons pas le chemin à cette stupidité, et ça aura pour conséquence la perte de la plupart des bonnes choses de la vie, y compris notre environnement naturel et les nobles capacités de l'humanité.

Pourtant il n'est pas sage d'avaler votre colère, car ceci la consolide ; il vaut mieux de lui donner un objectif clair et ne pas s'attaquer aux symptômes, mais aux causes. C'est pourquoi le mythe grec de l'hydre a saturé leur culture. L'idée d'une créature avec beaucoup de têtes mais un seul coeur décrit la plupart des problèmes complexes. Si un animal solitaire attaque, c'est un problème simple, mais ce qui se trouve à l'intérieur de la société ou de l'esprit humain est plus compliqué, et aura beaucoup de manifestations extérieures (symptômes) et une source simple (cause).

Dans le cas de la société moderne, marche funèbre qui conduit les êtres les moins capables à dépendre de la technologie comme les personnes âgées dépendent de laxatifs, l'hydre symbolise la stupidité, et ses nombreuses têtes sont le peuple qui singe ou invente des choses stupides parce qu'il ne peut pas faire autrement. Les détester, ou se déclarer un haisseur de toutes les personnes, est émotionellement agréable mais réellement incorrect, et par conséquant fait partie de la stupidité elle-même.

Le anciens Grecs savaient aussi (mais pas les chrétiens et les juifs), que la sublimation de votre colère conduit à la passivité, et à s'occuper de quelque chose que vous ne croyez pas pouvoir changer. En suivant ce modèle de psychologie, l'individu attaque avec cruauté, mais est incapable d'action héroïque, et devient par conséquent ce qu'il déteste. C'est pourquoi dans notre société moderne, ceux qui sont misanthropes et les bigots sont avalés par les mêmes impulsions qu'ils détestent.

Ma manière de voir les choses, combattant la stupidité sans réactions émotives est la seule manière d'obtenir une victoire durable. C'est sur que vous pouvez couper les têtes de l'hydre, et réduire quelques symptômes ou même tuer toute personne stupide sur terre, et cella apportera du soulagement a court terme. Mais jusqu'à ce que la cause soit enlevée, le problème continuera à se régénérer, et finalement ceux qui s'opposent à lui seront défaits.

November 12, 2004

Our gratitude to "Vuk" for this translation.


Slashdot This! Bookmark on Windows Live! Bookmark on Newsvine! Bookmark on Reddit! Bookmark on Magnolia! Bookmark on Facebook!

Copyright © 1988-2010 mock Him productions